Sonic Frontiers

Nouvel article dans lequel je vais vous parler de jeu vidĂ©o avec l’arrivĂ©e sur toutes les plateformes (consoles) de Sonic Frontiers.

Les lignes qui suivent sont écrites grâce à Plaion.fr qui a eu la gentillesse de me faire parvenir une version Xbox Series afin que je puisse vous livrer mon avis. Merci à eux pour la confiance accordée.

Sonic Frontiers Ă©tait l’un des jeux que j’attendais le plus en cette fin d’annĂ©e. NĂ© dans le dĂ©but des annĂ©es 80 j’ai grandi avec les diffĂ©rentes aventures de l’hĂ©risson bleu. J’Ă©tais donc très impatient de pouvoir mettre enfin la main sur ce nouvel opus.

Développé par Sonic Team et édité par Sega le jeu est disponible depuis le 8 novembre dernier sur consoles.

Pour ne pas me gâcher le plaisir je me suis volontairement Ă©loignĂ© de tout ce qui traitait du soft les dernières semaines prĂ©cĂ©dant sa sortie. Et j’ai bien fait !

Le jeu se lance et me dĂ©stabilise rapidement. Bien que certains bruits rappellent Ă  ma mĂ©moire un univers familier je me rends vite Ă  l’Ă©vidence que cette nouvelle aventure n’aura rien de commun avec ce que je connaissais.

Le plaisir de retrouver Sonic se mĂŞle Ă  la dĂ©couverte d’une nouvelle aventure mais je reconnais avoir Ă©tĂ© quelque peu dubitatif. Je suis surpris du virage pris par les dĂ©veloppeurs.

Les minutes passent, puis les premières heures de jeu, je suis concentrĂ©, je regarde, j’observe, j’Ă©coute. Tout y est, Sonic, ses amis, Amy et Tails mais aussi le Docteur Robotnik ! Il ne manque rien.

Le monde, ouvert qui s’ouvre Ă  moi manette en main me plait beaucoup. Enfin ca y est ! Je m’amuse rĂ©ellement. Je vains mes premiers ennemis, je progresse dans l’intrigue et dĂ©couvre de nouveaux paysages.

The Lord Of the Rings !

Comme dans tous ses jeux, Sonic devra collecter un maximum de Rings (pièces) pour pouvoir accumuler encore plus de puissance. Il faudra aussi collectionner des items qui vous permettrons d’avancer dans le jeu.

Du cĂ´tĂ© de la carte, lĂ  aussi rien d’exceptionnel, elle se dĂ©voilera au fur et Ă  mesure de vos dĂ©couvertes.

Des niveaux de plateaux et autre mini jeu viennent agrĂ©menter un tout qui pourrait, pour certains, ĂŞtre vite rĂ©pĂ©titif. Je m’arrĂŞte un instant sur les diffĂ©rents jeux de plateau qui font bouillir ma mĂ©moire et font apparaitre un sourire nostalgique sur mon visage. Certes pour l’originalitĂ© nous repasseront mais bordel que cela fait plaisir de retrouver l’essence mĂŞme de ce qui a fait des aventures de Sonic un monument du jeu vidĂ©o.

De toute beauté, ou pas !

Graphiquement je trouve que le jeu n’est pas très beau. Quel dommage ! Oui quel dommage quand on connait les capacitĂ©s des nouvelles consoles de salon. Je ne suis pas encolère mais je reste quelque peu déçu de parti pris par les dĂ©veloppeurs. Paradoxalement cela ne m’a pas empĂŞchĂ© de prendre un plaisir immense manette en main. La recette fonctionne. De lĂ  Ă  dire que les graphismes n’ont pas de valeur ajoutĂ©e Ă  une aventure vidĂ©oludique je ne crois pas !

Du cĂ´tĂ© de l’ambiance sonore mĂŞme constat. Nous sommes ici sur quelque chose d’un peu trop simple. Ce nouveau jeu aurait, Ă  mon goĂ»t, mĂ©ritĂ© une OST plus travaillĂ©e.

Du coup Sasha ?

En conclusion je dirai que mĂŞme si ce Sonic Frontiers souffre de quelques lacunes techniques et graphiques le plaisir de retrouver un des hĂ©ro de mon enfance dans une aventure plus moderne et plus dynamique m’a fait un bien fou et m’a surtout propulsĂ© bien des annĂ©es en arrière. J’aurai aimĂ© un jeu plus abouti mais que voulez vous on ne peut pas tout avoir et ce que nous propose ce soft est dans l’ensemble plutĂ´t rĂ©ussi.

Encore une fois les lignes qui ont suivi ne sont que mon avis et par consĂ©quent ne sont en aucun cas une vĂ©ritĂ©. Comme j’ai pour habitude de vous dire le meilleur avis que vous pourrez vous faire sera de partir Ă  l’aventure dans Sonic Frontiers.

VoilĂ  c’est tout pour aujourd’hui et n’oubliez pas que le plus important reste Ă  dĂ©couvrir, s’amuser et le partager.

Match Point Tennis Championships

Nouvel article dans lequel nous allons parler de jeu vidĂ©o et de tennis avec Match Point : Tennis Championships. La version testĂ©e l’a Ă©tĂ© sur Nintendo Switch.

Le jeu est édité par Torus Games il est disponible sur toutes les plateformes depuis le 7 juillet 2022.

Avant toute chose et comme Ă  chaque fois qu’un jeu m’est envoyĂ© je tiens Ă  remercier Plaion.fr qui a la gentillesse de le faire.

Il faut bien l’avouer en ce qui concerne les simulations (de qualitĂ©) et plus prĂ©cisĂ©ment le tennis nous avançons dans un quasi dĂ©sert car depuis Top Spin 4 sorti en 2011 il n’y a plus rien… Et quel dommage ! Je me souviens très nostalgiquement de Virtua Tennis sur Dreamcast.

Du coup j’Ă©tais plutĂ´t impatient de poser les yeux et la manette sur ce Match Point : Tennis Championships afin de devenir le futur numĂ©ro un mondial.

C’est parti, la console s’allume et après un court instant le jeu se lance. Le menu est classique un peu trop Ă  mon goĂ»t, plusieurs choix s’offrent Ă  moi, un mode carrière, un match d’exhibition et puis un mode en ligne dans lequel vous pouvez jouer Ă  deux en local ou non.

Le mode carrière dĂ©bute en vous proposant de crĂ©er votre joueur, les options sont assez complètes bien qu’il soit impossible d’avoir une moustache ou quelconque barbe, dommage !

Sinon rien de neuf sous le soleil et raquette à la main. Nous restons dans le plus grand des classiques. Notre évolution tournera autour de notre façon de jouer.

Graphiquement ce n’est pas beau comparativement Ă  tout ce qui se fait actuellement mais paradoxalement cela ne freine en rien Ă  l’immersion et au plaisir de jouer. MĂŞme si les limites de la console (Nintendo Switch) s’entendent j’aurai fortement apprĂ©ciĂ© un jeu plus abouti graphiquement.

J’ajoute aussi qu’il n’est pas possible de faire des captures d’Ă©cran au cours d’une partie. Encore une fois quel dommage !

Les matchs se suivent j’enchaine victoires et dĂ©faites le plaisir pointe doucement le bout de son nez et fini par prendre la place qui lui revient. Certes le jeu demande une rĂ©elle assiduitĂ© dans sa manière de jouer et d’apprĂ©hender chaque match mais c’est aussi ce qui en fait tout son intĂ©rĂŞt.

Se prĂ©parer, s’entrainer afin d’ĂŞtre prĂŞt pour que le jour J la victoire nous tende les bras. Après une lutte acharnĂ©e, j’ai souhaitĂ© jouer avec un niveau de difficultĂ© assez Ă©levĂ© ce qui n’a pas manquĂ© de m’Ă©nerver, j’envoie un amorti qui retombe juste de l’autre cotĂ© du filet, mon adversaire est battu et je remporte enfin mon premier tournoi !

La victoire est belle, le public m’acclame le tout dans une ambiance quelque peu feutrĂ©e. ! Qu’il est dommage que l’ambiance sonore n’ait pas Ă©tĂ© un peu plus prĂ©sente.

On se fait un double ?

VoilĂ , pour moi, le Vrai plaisir de jouer Ă  Match Point : Tennis Championships ! Son mode multijoueur. Mention spĂ©ciale Ă  cette version switch qui vous permet d’utiliser les Joy-Con comme de vraies raquettes ! J’Ă©tais Novac Djokovic face Ă  Rafael Nadal (interprĂ©tĂ© par ma compagne). Les jeux puis les sets s’enchainent Ă  une vitesse folle sans que nous n’ayons vu passer les 2 heures et demies durant lesquelles nous avons jouĂ© et beaucoup ri et perdu. Je la soupçonne d’avoir trichĂ© mais ceci se rĂ©glera en privĂ©.

Alors jeu set et match Sasha ?

En conclusion je dirai que ce Match Point : Tennis Championships n’est ni bon ni mauvais. Je l’ai trouvĂ© plutĂ´t moyen. Si beaucoup de bonnes choses sont Ă  souligner ses dĂ©fauts le sont aussi. Qu’il est dommage de voir un jeu avec un si beau potentiel et peu de concurrence ne pas aller plus loin. D’ailleurs je pense que le mot qui rĂ©sume le jeu est « Dommage » tant il est revenu Ă  la charge Ă  chaque instant que j’ai pu vivre raquette Ă  la main. Tout comme il est sur que ce jeu s’adresse aux amateurs du sport et du genre il pourra rebuter les nĂ©ophytes mais comblera dans un mĂŞme temps les fervents joueurs et joueuses aimant partager un moment car je le rĂ©pète le mode multijoueur est vraiment sa principale arme.

Encore une fois les lignes qui ont suivies ne sont que mon ressenti et le meilleur avis sera celui que vous vous ferez en jouant Ă  Match Point : Tennis Championships.

VoilĂ  c’est tout pour aujourd’hui et n’oubliez pas que le meilleur reste Ă  dĂ©couvrir, s’amuser et le partager.

Pathfinder : Wrath of the Righteous

Nouvel article dans lequel je ne vais ni vous parler de cinéma ni même de fiction et encore moins du Québec puisque je vais pour parler de jeu vidéo avec Pathfinder : Wrath of Righteous.

Avant toute chose je tiens Ă  remercier Plaion.fr qui m’a gentiment envoyĂ© un code de tĂ©lĂ©chargement pour que je puisse vous prĂ©senter les lignes qui vont suivre.

ÉditĂ© par le studio Owlcat, Pathfinder : Wrath of Righteous est un jeu de rĂ´le type Baldur’Gate (que j’avais adorĂ©) sotie en septembre 2021 et qui vous lance dans une croisade contre des hordes de dĂ©mons. Ce dernier avait dĂ©jĂ  eu le droit Ă  un premier volet au succès en demie teinte sortie le 25 septembre 2018 appelĂ© : Pathfinder : Kingmaker.

Encore une fois il ne s’agit pas d’un test Ă  proprement parler mais plus d’un retour d’expĂ©rience, d’un avis. Par consĂ©quent les lignes qui vont suivre ne reflèteront que ma vision et mon ressenti manette en main.

En effet parler d’un jeu sorti depuis plus d’un an est seulement intĂ©ressant quand on y livre un avis et non une note.

Vous souhaitez voir la bande annonce du jeu avant d’aller plus loin ? Cliquez ici !

L’introduction est de bonne facture, le menu du jeu est simple mais agrĂ©able.

De bien belle facture.

Les premières minutes puis les premières heures sont plaisantes, visuellement je trouve ça plutĂ´t joli. Le prologue qui sert aussi de didacticiel n’est pas trop ennuyeux et il permet de poser les bases du combat acharnĂ© que nous nous apprĂŞtons Ă  livrer.

Il y a beaucoup de petits dĂ©tails comme les gouttes de sang après un combat. Vous allez me dire que c’est du dĂ©jĂ  vu certes, mais cela fait toujours son petit effet. J’aime beaucoup le cotĂ© papier que dĂ©gage ce soft rien de plus Ă©tonnant pour un tel jeu.

Tout au long de l’aventure des choix influant sur le scĂ©nario vous seront proposĂ©s. Je trouve cela très intĂ©ressant que le joueur soit acteur de la narration qui rappelons le est en anglais sous-titrĂ©e.

Un procéder ingénieux permet un voyage rapide. En effet lorsque vous êtes sur la carte du jeu il vous suffit de cliquer un un point déjà visité ou non pour vous y rendre en quelques secondes.

Que trépasse si je faiblis !

Les combats s’enchainent assez vite, les hordes d’ennemis en tous genres n’en finissent pas de grossir pour mon plus grand plaisir ! J’ai vraiment aimĂ© livrer bataille ! Point positif le jeu revoit son système de combat, contrairement au premier opus qui ne proposait que du tour par tour ce second volet laisse le choix au joueur et je trouve cela toujours bien quand on a le choix.

En plus de son système de combat Pathfinder : Wrath of Righteous tire sa force des alliances que vous ferez avant de chaque affrontement. Il faudra Ă©laborer Ă  minima une lĂ©gère stratĂ©gie pour ne pas aller aux devants d’une mort certaine.

Pour celles et ceux qui me lisent frĂ©quemment vous connaissez l’importance que j’accorde Ă  l’ambiance sonore et ce quelque soit le mĂ©dia. Ici le travail est fait et bien fait. L’ambiance sonore du jeu rend l’immersion des plus agrĂ©able. Notez que pour ce jeu j’ai optĂ© pour le casque sur les oreilles ce que je ne fais pas habituellement mais lĂ  j’ai vraiment bien fait. ĂŠtre dans une bulle auditive m’a transportĂ©.

C’est parfait alors Sasha ?

Non ! Comme pour beaucoup de softs, tout n’est pas parfait Ă  commencer par l’absence de radar sur l’Ă©cran de jeu. Il vous faudra aller Ă  chaque fois dans le menu pour accĂ©der Ă  la carte je trouve que cela manque de praticitĂ© et de fluiditĂ©. Je regrette aussi l’absence de rotation de la camĂ©ra qui Ă  mon goĂ»t est les principal dĂ©faut de ce jeu. Car si l’ensemble est plutĂ´t bon il reste des plus classiques. J’aurai aimĂ© voir les dĂ©veloppeurs prendre un peu plus de risque et proposer quelque chose d’innovant. Certes le jeu est beau, dynamique et musicalement très rĂ©ussi mais il n’en reste pas moins banal.

Côté tarif le jeu coute encore 49.99 euros et ce un an après sa sortie. Je trouve cela un peu cher mais que voulez-vous tout à un prix et ce même pour livrer des batailles épiques !

Je terminerai en vous rappelant que ma vĂ©ritĂ© n’est pas forcĂ©ment la votre et que le seul moyen d’avoir un vĂ©ritable avis et de vous lancer Ă  l’aventure dans Pathfinder : Wrath of Righteous.

VoilĂ  c’est tout pour aujourd’hui et rappelez vous que le plus important reste de dĂ©couvrir, s’amuser et le partager.

Tunic

Tunic disponible sur le Xbox GamePass.

Nouvel article et je vais vous parler une nouvelle fois de jeu vidĂ©o indĂ©pendant avec Tunic. Disponible depuis le 16 mars sur le Xbox GamePass. J’Ă©tais impatient de pouvoir enfin mettre la main sur ce Zelda like.

Le jeu est développé par Andrew Shouldice et il est édité par Finji.

Il faut dire qu’il s’en est passĂ© du temps entre l’arrivĂ©e toute rĂ©cente du jeu et son annonce Ă  l’E3 2017.

Cinq ans ! Cinq ans que le soft avait été présenté lors de la messe californienne du jeu vidéo.

Mais après toutes ces annĂ©es Ă  attendre et quelques reports est-ce que Tunic vaut vraiment le coup ou est-ce juste un coup d’Ă©pĂ©e dans l’eau ?

Vous souhaitez en voir un peu plus avant de continuer ?

Cliquez ici pour regarder la bande annonce du jeu.

Le jeu est lancĂ© et le charme opère dès les premiers instants. Une DA des plus soignĂ©es invite au voyage, Ă  la dĂ©couverte et Ă  l’aventure. Et que dire de notre hĂ©ro ! Un petit renard des plus mignons et qui n’est, dans les dĂ©buts du jeu, simplement armĂ© d’un bâton . Le jeu est colorĂ© et donne une sensation de grandeur grâce Ă  une vue du dessus.

Mais le grand plus c’est sa carte ou devrais-je dire son manuel. L’aventure s’axe autour de la recherche des feuilles du manuel. Sans elle impossible d’avancer car ce n’est pas un simple manuel que vous cherchez, non ! Vous ĂŞtes en quĂŞte d’un vĂ©ritable guide de l’Aventurier. Les moindres informations consignĂ©es Ă  l’intĂ©rieur sont primordiales et gare aux imprudents qui souhaiteraient passer outre car cela se rĂ©vèle tout bonnement impossible.

Une des feuilles du guide représentant une partie de la carte.

ArrĂŞtons-nous si vous le voulez bien sur l’ambiance musicale. Car oui ici il ne s’agit pas d’une ambiance sonore mais bel et bien musicale. Des mĂ©lodies toutes plus belles les unes que les autres, elles sont pour moi l’atout majeur de ce soft indĂ©pendant. J’ai cherchĂ© mais malheureusement pas trouvĂ© de plateforme de streaming musical qui me permette d’Ă©couter cette OST qui est pour moi un des plus rĂ©ussi en ce dĂ©but d’annĂ©e.

Manette en main le jeu est plutĂ´t agrĂ©able mĂŞme si le nombre incalculable de possibilitĂ©s obligera le joueur Ă  faire preuve d’adaptabilitĂ© quant au choix des diffĂ©rents raccourcis. On peut regretter une camĂ©ra un peu trop axĂ©e ne permettant pas une rotation Ă  360 degrĂ©s.

Les combats sont dynamiques certains seront des plus aisĂ©s quand d’autres demanderont de l’acharnement et un peu de stratĂ©gie.

Alors certes mĂŞme si ce Tunic est gĂ©nial il n’est pas parfait. Son plus gros dĂ©faut, pour moi, est le manque crucial d’orientation. En d’autre terme il vous faut explorer et vous dĂ©brouiller. Je reconnais avoir perdu du temps ce qui n’a pas manquĂ© de m’agacer Ă  certains moments car bien que l’aventure soit des plus riches j’aurai aimĂ© de temps Ă  autre ĂŞtre un peu plus accompagnĂ©. Mais si mes lignes dĂ©crivent ici ce qui semble ĂŞtre un dĂ©faut certains d’entre vous y verront une Grande qualitĂ©.

Pour conclure je dirai que Tunic est une aventure Ă  faire ABSOLUMENT. IngĂ©nieux, audacieux, graphiquement parfait ce soft ne manque pas de qualificatifs. Et si je devais ajouter une raison supplĂ©mentaire n’oubliez pas que cette aventure est disponible gratuitement sur le Xbox GamePass n’avoir aucune excuse de passer Ă  cĂ´tĂ©.

VoilĂ  c’est tout pour aujourd’hui mais rappelez-vous que le plus important reste Ă  dĂ©couvrir, s’amuser et le partager !

The Cruel King and the Great Hero

The Cruel King and the Great Hero.

Bonjour à toutes, bonjour à tous, nouvel article dans lequel je vais parler de jeu vidéo et plus particulièrement de RPG avec The Cruel King and the Great Hero.

Avant toute chose je tiens Ă  remercier une nouvelle fois Koch MĂ©dia qui m’a fait parvenir un code de tĂ©lĂ©chargement me permettant ainsi de vous proposer le test qui va suivre.

Le soft est Ă©ditĂ© et dĂ©veloppĂ© par Nippon Ichi Software, disponible depuis le 11 mars sur PlayStation 4 et sur Nintendo Switch c’est d’ailleurs sur cette plateforme que le test a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©.

Vous souhaitez avoir un aperçu vidéo du jeu avant de poursuivre ?

Clique sur le lien pour regarder la bande annonce du jeu.

Si vous ĂŞtes encore lĂ  c’est que ce que vous avez vu ou pu voir vous a donnĂ© envie d’en apprendre plus, c’est parfait !

Parlez vous japonais ?

Chose rare je vais commencer par ce qui me semble ĂŞtre un dĂ©faut. Le jeu n’est malheureusement, Ă  l’heure oĂą j’Ă©cris ces lignes, proposĂ© qu’en version originale (Ă  savoir japonaise) sous-titrĂ©e en anglais ce qui rebutera bon nombre de joueurs et je trouve cela dommageable. Bien Ă©videmment il est fort probable qu’une mise Ă  jour vienne combler cette lacune.

Exemple de dialogue en anglais.

Mais rassurez vous ce bon vieux Sasha baragouine quelques mots dans la langue de Shakespeare. J’ai donc pu me lancer Ă  l’aventure !

Une belle histoire.

L’histoire, celle de Yuu fille adoptive du Roi Dragon qui vit dans un monde oĂą humains et monstres cohabitent sans chercher Ă  se quereller. Cette histoire simple mais qui est une belle histoire dont les traits connus nous invite au voyage et Ă  l’aventure, seul, accompagnĂ©, Ă  pied ou Ă  dos de dragon.

Ce conte simple plaira à coup sûr aux petits et aux grands.

Une direction artistique des plus soignée.

Le travail apportĂ© Ă  la DA est parfaitement rĂ©ussi. Parlons dans un premier temps des graphismes rĂ©alisĂ©s en intĂ©gralitĂ© Ă  la main et soignĂ©s dans les moindres dĂ©tails. L’aventure reste nĂ©anmoins linĂ©aire mais je n’ai pas trouvĂ© cela gĂŞnant.

Graphismes soignés et détaillées.

Dans un second temps je vais m’arrĂŞter sur l’ambiance sonore du jeu. Vous me connaissez et savez Ă  quel point l’environnement musical d’une Ĺ“uvre est important pour moi. Je la trouve particulièrement rĂ©ussi. Elle ponctue admirablement les diffĂ©rents moments de la partie. Encore une fois, l’OST est pour moi le grand plus de ce soft. Elle parfait un ensemble des plus rĂ©ussis.

Dégainons notre épée.

The Cruel King and the Great Hero est facile de prise en main nul doute que le temps d’adaptation ne dĂ©passera pas les quelques secondes.

Les combats plutĂ´t dynamiques bien qu’ils soient en tour par tour, cela ne m’a pas dĂ©rangĂ© au contraire je trouve que cela apporte une certaine stratĂ©gie au jeu et donc un peu plus de profondeur Ă  l’action.

Yuu lors d’un combat.

Malheureusement ces combats sont trop rĂ©pĂ©titifs et empĂŞchent au scĂ©nario de reprendre son souffle. J’aurai aimĂ© que les combats proposĂ©s soient plus espacĂ©s et que la diffĂ©rence entre chaque ennemi ne soit pas juste une question de couleur.

Ainsi s’achève notre histoire.

L’aventure touche Ă  sa fin. J’ai vraiment apprĂ©ciĂ© dĂ©couvrir et jouer Ă  The Cruel King and the Great Hero. MalgrĂ© son absence de version française, pour le moment, je le recommande Ă  tous les plus jeunes mais aussi aux plus grands qui ont gardĂ© leur âme d’enfant. Yuu est un personnage attachant.

Je terminerai ce test en vous rappelant que le meilleur avis restera toujours celui que vous vous ferez en jouant et en partant Ă  l’aventure.

VoilĂ  c’est tout pour aujourd’hui mais rappelez-vous que le plus important reste Ă  dĂ©couvrir, s’amuser et le partager !

Backbone

Nouvel article dans lequel j’avais envie de vous parler de jeu vidĂ©o et plus particulièrement d’un jeu vidĂ©o indĂ©pendant avec Backbone.

Backbone disponible sur le Xbox Game Pass

Le soft est disponible depuis juin 2021 sur PC il a débarqué en octobre 2021 sur PlayStation 4, 5, Xbox Series et est arrivé en février 2022 sur Nintendo Switch. Il est développé par Eggnut.

Disponible sur le Xbox Game Pass c’est ainsi que j’ai dĂ©couvert son trailer qui m’a longtemps fait de l’Ĺ“il mais le manque de temps ne m’avait jamais permis de vraiment me lancer Ă  la dĂ©couverte de ce soft atypique..

Je suis Howard.

Nous incarnons Howard Lotor un dĂ©tective raton-laveur parti Ă  la recherche de preuves pouvant accabler un mari volage et qui se retrouve embarquĂ© dans une enquĂŞte des plus complexe oĂą mensonges, affaire d’Ă©tat, trahisons, lutte des classes et meurtres sordides s’entrechoquent pour donner un cocktail des plus rĂ©ussi.

C’est son cĂ´tĂ© « Blacksad » qui m’a attirĂ© mais ne vous fiez pas aux apparences car Backbone est tout autre. Il se dĂ©marque vite de son homologue pour affirmer une identitĂ© propre. Backbone est un jeu contemplatif pas au niveau des dĂ©cors car le jeu est en 2D mais au niveau du gameplay. Bien que les commandes soient relativement simplistes et limitĂ©es il y a une multitude de choses Ă  faire. Des tĂ©moins Ă  questionner, des indices Ă  trouver, des Ă©nigmes Ă  rĂ©soudre tout est rĂ©uni nous permettant ainsi de jongler entre phase d’enquĂŞte et d’infiltration.

Quelques notes de piano.

L’ambiance musicale est Ă  deux vitesses et c’est dommageable. Il y a des phases de gameplay durant lesquelles l’OST va nous coller Ă  la peau et apporter un vrai plus rendant ainsi l’expĂ©rience des plus immersives. Et il y a aussi et surtout l’autre vitesse proche du nĂ©ant durant laquelle certains moments clĂ© du scĂ©nario se dĂ©noue dans le silence le plus total. On pourrait croire que cela apporte une tension supplĂ©mentaire mais bien au contraire je trouve que cela dessert complètement le jeu.

Pourtant qu’elle est belle cette OST ! Des sonoritĂ©s jazz qui sentent bon le cigare et le bourbon.

DĂ©jĂ  fini…

La fin arrive sans prĂ©venir et j’avoue avoir Ă©tĂ© surpris par la tournure des Ă©vènements très brève et abrupte. J’aurai aimĂ© que les choses ne se terminent pas aussi vite. RĂ©elle volontĂ© du studio je ne saurai le dire mais je suis encore sous le coup de cette fin des plus… Etrange. Je n’en dirai pas plus Ă  vous de vous forger votre propre opinion.

Ambiance très jazz.

Un verdict commissaire ?

Ce jeu est une vĂ©ritable surprise. Son aspect sombre en fait un rĂ©el polar mĂŞme si je continue de penser que son ambiance sonore aurait mĂ©ritĂ© un meilleur traitement. nĂ©anmoins Backbone est pour moi une vĂ©ritable pĂ©pite. Son univers fascinant, son gameplay mais aussi et surtout son scĂ©nario en font un jeu qu’il faut absolument dĂ©couvrir. Certes il ne plaira pas Ă  toutes et tous car son cĂ´tĂ© très lent pourra lasser certains d’entre vous. Personnellement j’ai passĂ© un très bon moment. Ni trop long ni trop court je trouve que le soft a une durĂ©e de vie parfaite et j’ai vraiment hâte de voir ce que nous rĂ©serve le studio d’Eggnut.

VoilĂ  c’est tout pour aujourd’hui mais rappelez-vous que le plus important reste Ă  dĂ©couvrir, s’amuser et le partager !

Dynasty Warriors 9 : Empires

Nouvel article et pas des moindre puisqu’il s’agit du premier consacrĂ© Ă  un jeu vidĂ©o qui m’a Ă©tĂ© envoyĂ© par Koch MĂ©dia. Merci infiniment pour la confiance accordĂ©e qui me permet aujourd’hui de me lancer dans cette nouvelle aventure qu’est le test de jeu vidĂ©o. Jusqu’Ă  prĂ©sent je ne faisais que très rarement ce genre de chose mais j’avais envie de m’y essayer et d’explorer ainsi de nouveaux territoires. C’est le cas avec Dynasty Warriors 9 : Empires le nouvel opus de la saga.

Sachez aussi qu’une chronique arrivera dans les prochains jours sur HĂ©donia Radio.

Avant d’aller plus loin je prĂ©cise que ce test et les prochains ne contiendront aucune note mais vous donnera un avis subjectif et argumentĂ©. Il ne s’agira pas simplement de vous dire si j’ai trouvĂ© ce soft bon ou mauvais mais bel et bien de vous indiquer quels auront Ă©tĂ© pour moi les points forts et les points faibles du jeu vous permettant ainsi de vous faire une première idĂ©e de ce Dynasty Warriors 9 : Empires. Le meilleur moyen restant quoiqu’il arrive de jouer au jeu.

Introduction.

Pour celles et ceux qui ne connaitraient pas encore la saga revenons en quelques phrases sur l’histoire de cette saga.

Développée par Omega Force et éditée par Koei Temco, le premier volet intitulé Dynasty Warriors, est sorti en 1997 sur PlayStation. Suivront derrière 28 autres jeux dont celui-ci sorti le 15 février 2022 sur PlayStation 4 et 5, Xbox One et Series sans oublier ses versions Nintendo Switch et PC.

La galette est dans ma Xbox Series X et je vais enfin pouvoir dĂ©couvrir ce que vaut rĂ©ellement ce dernier Ă©pisode. En toute honnĂŞtetĂ© je n’ai approchĂ© que très peu la sĂ©rie Dynasty Warriors. Je la connais de nom, de rĂ©putation mais pas plus.

Les premières minutes me font douter car l’image ou le souvenir que j’en avais n’est pas du tout celle que j’ai sous les yeux. Je me retrouve devant un vrai jeu de stratĂ©gie alors que j’avais Ă©cho ou mĂ©moire d’un soft dans lequel l’action a la part belle mais après plus de trente minutes de jeu mon sabre est encore dans son fourreau et je n’ai pas tranchĂ© la moindre gorge..

Fin stratège il vous faudra !

Effectivement ce Dynasty Warriors 9 : Empire est un Vrai jeu de stratĂ©gie. De votre stratĂ©gie dĂ©coulera victoire Ă©clatante ou dĂ©faite cinglante. Inutile de vous dire que foncer tĂŞte baissĂ©e est la dernière chose Ă  faire. Les informations sont lĂ©gions je dirai mĂŞme qu’Ă  certains moments il y a trop d’informations qui finissent par me perdre. Mais ne boudons pas notre plaisir de nous trouver face Ă  un soft qui propose de la stratĂ©gie militaire en Chine ImpĂ©riale.

Plus les heures passent et plus je comprends les mĂ©canismes de jeu. AidĂ© de Klo nous finissons par devenir de fins tacticiens dirigeant notre armĂ©e d’une main de fer dans un gant de velours et recrutant Ă  tout vas aux quatre coins de l’Empire du Milieu.

Heu…

Graphiquement Dynasty Warriors est plutĂ´t moche pour ne pas dire assez laid comparativement Ă  d’autres softs sortis plus tĂ´t voir bien bien bien avant. C’est très pixĂ©lisĂ© et les cinĂ©matiques n’ajoutent rien. De plus trop d’informations sont affichĂ©s Ă  l’Ă©cran lors des batailles ce qui a tendance, Ă  mon gout, Ă  dĂ©concentrer un peu le joueur.

Mais le jeu n’as pas que des dĂ©fauts loin lĂ , notons qu’il est proposĂ© en version originale sous-titrĂ©e par dĂ©faut et je trouve cela très bien n’en dĂ©plaise Ă  certains. Ajoutez Ă  cela une merveilleuse ambiance sonore qui Ă  elle seule a brisĂ© les dernières rĂ©ticence que je pouvais avoir quant au fait d’arriver Ă  me lancer Ă  l’aventure et surtout Ă  vous proposer un test de qualitĂ©.

Je prends un instant pour dire Ă  quel point l’univers musical du jeu me plait et qu’il s’adapte parfaitement aux diffĂ©rents moments que nous vivons.

Manette en main.

Après un didacticiel plus que rapide ( cinq minutes environ) je me lance dans la ConquĂŞte. Je m’attarde une seconde car j’aurai aimĂ© avoir accès Ă  un didacticiel de gestion et pas seulement de combat.

Le gameplay plutĂ´t agrĂ©able et le dynamisme certain lors des phases de batailles m’ont beaucoup plu. En revanche la camĂ©ra a Ă©tĂ© pour moi un calvaire et m’a souvent fait hurler !

À noter que l’intérêt des phases de combats réside dans les différents niveaux de difficulté. En effet plus le niveau sera élevé plus la stratégie d’attaque sera importante. Certains joueurs se plairont à jouer en mode facile afin d’affronter et de vaincre en quelques coups d’épée des hordes d’ennemis privilégiant ainsi la partie gestion du jeu quant à d’autres qui s’attarderont sur les combats via un mode de difficulté plus élevé afin de donner la part belle à la bataille.

Et il crĂ©a l’homme Ă  son image.

Dynasty Warriors 9 : Empire propose un mode crĂ©ation qui vous permet comme son nom l’indique de donner vie Ă  votre propre HĂ©ro et je dois dire que j’y ai passĂ© un certain temps tant les possibilitĂ©s de personnalisation sont importantes. De quoi rendre l’aventure encore plus personnelle surtout qu’il est possible ensuite d’incarner votre hĂ©ro lors de bataille mĂ©morables. Le contraire aurait Ă©tĂ© incomprĂ©hensible d’ailleurs.

Alors Sasha ton avis ?

Je dirai que ce Dynasty Warriors 9 : Empires n’est pas un mauvais jeu. Certes il ne marquera pas forcĂ©ment de son empreinte. Bien qu’il ait des qualitĂ©s certaines ses dĂ©fauts ont tendance Ă  prendre le pas ce qui rend au final un ensemble moyen. La multitude d’informations pourra dĂ©courager les nĂ©ophytes qui souhaitent dĂ©couvrir le riche univers de la sĂ©rie. NĂ©anmoins il ravira les aficionados du genre, les passionnĂ©s de gestion et de stratĂ©gie mais aussi et surtout les HĂ©ros de guerre.

VoilĂ  c’est tout pour aujourd’hui mais rappelez-vous que le plus important reste Ă  dĂ©couvrir, s’amuser et le partager !

The Elder Scrolls V : Skyrim

The Elder Scrolls V Skyrim.

Article un peu spĂ©cial en ce 11 novembre 2021 en effet puisqu’il y a tout juste dix ans sortait un jeu qui allait bouleverser ma vie de joueur. Pour celles et ceux qui me connaissent et me suivent sur les rĂ©seaux vous savez combien ce jeu est cher Ă  mon cĹ“ur il Ă©tait impossible pour moi de ne pas aborder aujourd’hui ce Pan du jeu vidĂ©o.

Avant toute chose sachez que les lignes qui vont suivre ne sont en aucun un test mais vraiment une envie de partager mon Amour pour ce jeu en ce jour si particulier. Contrairement à mon habitude cet article contiendra des spoils mais après dix ans il y a prescription.

Bienvenue en Bordeciel.

The Elder Scrolls V : Skyrim est la suite de tant attendue de The Elder Scrolls IV : Oblivion sorti cinq ans auparavant. L’aventure se dĂ©roule en Bordeciel et nous incarnons Dovahkiin, l’enfant de Dragon, ĂŞtre capable d’absorber la puissance d’un dragon une fois ce dernier terrassĂ©. Mais n’allons pas plus loin les Grises Barbes seront de meilleurs maitres que moi.

Enfant de Dragon.

Dès le dĂ©but le jeu nous promet une expĂ©rience personnalisĂ©e avec la crĂ©ation de toute pièce de notre hĂ©ro ou hĂ©roĂŻne. Plusieurs races sont disponibles ainsi que diffĂ©rents traits physique et de caractères. La personnalisation de notre personnage a Ă©tĂ© pour moi une des choses qui m’ont permis de faire et refaire l’aventure sur les diffĂ©rentes plateformes, de la PlayStation 3 en passant par la Xbox One et la Switch j’ai pris Ă  chaque fois le mĂŞme plaisir Ă  me relancer Ă  l’aventure.

Justement l’aventure, elle dĂ©bute alors que nous sommes prisonnier de l’Empire et le convoi dans lequel nous avons Ă©tĂ© embarquĂ© de force nous conduit tout droit au billaud. Notre exĂ©cution ne fait aucun doute la lame froide de la hache va s’abattre sur notre nuque quand un Dragon fait son apparition. L’Ă©popĂ©e dĂ©marre dans le feu et les cris ! Dès le dĂ©part des choix s’imposent Ă  nous et ils seront irrĂ©mĂ©diables.

Il va ĂŞtre difficile de vous parler de l’aventure dans son intĂ©gralitĂ© tant elle est riche et intense car mĂŞme si l’histoire principale ne durent qu’une quinzaine d’heures la richesse de The Elder Scrolls V rĂ©sulte aussi et surtout dans la multitude de ses quĂŞtes secondaires. Ce Ă  quoi il faut ajouter deux DLC et les nombreux mods arrivĂ©s sur PlayStation 4 et Xbox One. Ces mods ont Ă©tĂ© pour moi la cerise sur un gâteau dĂ©jĂ  succulent.

Etes-vous forgerons, bucheron, mercenaire ou chevalier ?

L’attractivitĂ© du jeu vient aussi du fait de pouvoir interagir avec diffĂ©rents PNJ afin d’intĂ©grer les diffĂ©rentes Guildes de Bordeciel. Mage, Voleur, Compagnon, Assassin un large Ă©ventail de postes sont Ă  pourvoir et nul besoin de curriculum vitae une bonne Ă©pĂ©e et une bourse bien pleine feront l’affaire.

Une aventure musicale.

L’OST de ce jeu est aussi une des clĂ©s de son succès phĂ©nomĂ©nal. L’environnement sonore du soft est une des plus abouties et ce encore aujourd’hui. J’ai passĂ© des heures Ă  Ă©couter les diffĂ©rentes musiques tout en contemplant la beautĂ© des diffĂ©rents paysages du jeu.

Un des multiples décors de The Elder Scrolls V : Skyrim.

Les premières notes de l’intro du jeu replongent directement en Bordeciel les fans de la première heure.

Skyrim le modèle, le Grand Frère.

Ce jeu est plus qu’un jeu il s’agit vraiment d’une Ă©popĂ©e. les longues heures passĂ©es Ă  me balader en Bordeciel Ă  pied ou Ă  cheval m’ont permis de dĂ©couvrir et de dĂ©couvrir les moindres recoins d’une carte dont la taille est Ă  ce jour encore très honorable.

Et je ne suis pas le seul Ă  l’avoir apprĂ©ciĂ© puisque The Elder Scrolls V : Skyrim s’est vendu Ă  plus de 30 millions d’exemplaires. Il a ouvert une porte Ă  de nombreux jeux, certains ont su s’en inspirer pour l’Ă©galer voire le surpasser je pense notamment Ă  The Witcher 3 : Wild Hunt, d’autres n’auront pas rĂ©ussi comme Kingdom Come. Aujourd’hui encore le soft reste une rĂ©fĂ©rence.

Devenez le prochain Dovahkiin !

Dix ans après The Elder Scrolls V : Skyrim reste un jeu d’actualitĂ© j’entends par lĂ  qu’il n’a pas pris beaucoup de rides et le reprendre Ă  zĂ©ro mĂŞme dix ans après est un rĂ©el plaisir et se fait très facilement.

Son successeur ne verra pas le jour avant 3 peut-ĂŞtre mĂŞme 4 ans alors pour celles et ceux qui n’auraient pas encore touchĂ© Ă  cette pĂ©pite l’Aventure vous tend les bras.

VoilĂ  c’est tout pour aujourd’hui mais rappelez-vous que le plus important reste Ă  dĂ©couvrir, s’amuser et le partager !

Call Of The Sea

Une aventure mystique, périlleuse & fantastique.

Avant toute chose et en guise d’introduction je tenais Ă  m’excuser pour mon manque d’assiduitĂ© quant Ă  la publication d’articles. 

Je l’ai longtemps fait mais il est vrai que la rigueur que cela impose m’a souvent fait dĂ©faut ces derniers temps. 

Mon nouveau statut de chroniqueur sur Hedonia Radio ou bien encore dans l’émission Geek Pop d’AurĂ©lien Cailloce me fait revenir Ă  ce premier amour tant nĂ©gligĂ© qu’est l’écriture. 

Pour mon retour à l’écrit je voulais vous parler de Call Of The Sea, un jeu terminé tout récemment et fait en compagnie de ma chère et tendre.

Call Of The Sea disponible sur le Xbox GamePass depuis le 8 décembre 2020

Avant toute chose sachez que vous ne trouverez aucune note dans ces lignes ou dans les prochains articles à paraître mais juste mon ressenti ou nos ressentis lorsque j’aurai fait le jeu en compagnie de Klo. 

Bien entendu vos retours quels qu’ils soient seront les bienvenus. 

Call Of The Sea est un jeu d’aventure solo sorti le 8 dĂ©cembre 2020 sur Xbox, optimisĂ© pour la SĂ©ries X et prĂ©sent dans le GamePass depuis sa sortie. AnnoncĂ© pour PS4/PS5 pour le mois de mai 2021. 

L’histoire dĂ©bute en novembre 1934 on y incarne Norah Everhart, partie Ă  la recherche de son mari Harry Everhart lui-mĂŞme parti quelques mois plutĂ´t en expĂ©dition afin de trouver un remède au mal qui ronge son Ă©pouse. 

Car oui Norah est porteuse d’une Ă©trange maladie… 

Une fois le jeu lancĂ© l’ambiance visuelle et sonore du menu principal m’invite au voyage. 

J’appuie sur le bouton A et je me lance dans l’aventure. 

Nous retrouvons notre hĂ©roĂŻne Ă  bord d’un navire mettant le cap sur une ile se situant au large de Tahiti. Les dĂ©cors soignĂ©s et colorĂ©s finissent de me convaincre et je plonge avec bonheur dans cette nouvelle aventure vidĂ©oludique. 

Mais bien que le jeu soit très beau graphiquement et plutĂ´t immersif je suis surpris voire déçu par l’absence totale d’environnement musical pendant une large partie de l’aventure. 

Capture d’Ă©cran rĂ©alisĂ© sur Xbox Series X.

Refusant de m’arrĂŞter lĂ  car oui l’absence d’ambiance musicale peut Ă  coup sĂ»r en rebuter certains, je poursuis mon pĂ©riple Ă  la recherche d’Harry. 

Call Of The Sea est un jeu d’énigmes dans lequel il vous faudra faire preuve de patience, d’observation et de rĂ©flexion pour progresser et mettre la main sur les diffĂ©rents indices laissĂ©s par Harry tout au long de ces 6 chapitres que compte l’histoire. 

Concernant la difficulté des différentes énigmes cette dernière est raisonnable et permet au joueur de réfléchir sans pour autant attraper une migraine dévastatrice.

 Heureusement pour moi d’ailleurs !

En moyenne avec Clo nous avons mis 10 Ă  15 minutes pour rĂ©soudre chacune d’entre elles. Mention spĂ©ciale Ă  celle des Ă©toiles qui nous aura donnĂ© du fil Ă  retordre.  

Les différents indices sont reportés dans le journal de Norah.

Je tiens Ă  souligner aussi le fait que le jeu est en anglais sous-titrĂ© français. 

Nous concernant cela ne nous a pas gĂŞnĂ© j’étais mĂŞme content de pouvoir profiter des dialogues dans la langue de Shakespeare mais lĂ  encore je pense que cela peut en effrayer certains. 

Les minutes, les heures passent sans que nous nous soyons ennuyĂ©s. Nous progressons, nous avançons, les chapitres dĂ©filent nous amenant inexorablement vers le dĂ©nouement de cette très belle histoire. 

Ce qui devait arriver arriva; après avoir passé un peu moins de 10 heures, ce qui peut sembler court mais il ne s’agit pas là de débattre sur la durée de vie de ce jeu mais vraiment de donner un temps. Et bien après moins de 10 heures nous y voilà, l’aventure prend fin sous nos yeux.

Générique de fin.

Et que dire de cette fin, qui pour nous (Klo est du même avis) a été l’apothéose de toute cette histoire et qui met un très joli point final à cette aventure.

Je ne vous en dirai pas plus. 

Le reste vous appartient de répondre ou non à l’appel de la mer…?

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑