Rencontre avec Arthur Rupert Meinsfeld

Arthur Rupert Meinsfeld & Florian Le Tavernier

Nouvel article encore et toujours consacrĂ© au Festival de la Fiction de La Rochelle. Je suis parti Ă  la rencontre des jeunes talents d’aujourd’hui qui seront Ă  coup sur les rĂ©alisateurs et les producteurs des fictions de demain. J’ai eu le plaisir d’Ă©changer avec Arthur Rupert Meinsfeld (pas facile Ă  dire !) qui a bien voulu se prĂŞter au jeu des questions rĂ©ponses.

Avant toute chose peux-tu te présenter pour celles et ceux qui ne te connaissent pas encore ?

ARM : Je suis auteur rĂ©alisateur et producteur je travaille en binĂ´me avec Florian Le Tavernier qui n’est malheureusement pas prĂ©sent au Festival de la Fiction de La Rochelle. On Ă©crit, on rĂ©alise et on produit Ă  deux des films.

Quel a été ton parcours ?

ARM : J’ai commencĂ© Ă  Ă©crire et Ă  rĂ©aliser dès l’âge de 16 ans. Il s’agissait de petits courts mĂ©trages d’une dizaine de minutes. Je tenais dès le dĂ©part Ă  travailler avec des acteurs professionnels pour avoir un vrai rendu mĂŞme si Ă  16 ans je n’avais pas toutes les connaissances des mĂ©tiers de l’image. Après le bac j’ai choisi de faire une formation d’Ă©cole de cinĂ©ma Ă  Bordeaux oĂą j’ai gagnĂ© en connaissances et en expĂ©riences. J’ai fait une dernière annĂ©e Ă  l’EICAR de Paris.

J’ai Ă©voluĂ© en faisant un court mĂ©trage par an. Au dĂ©part il s’agissait de commande de pubs, de clips, de films institutionnels. Aujourd’hui avec Florian

nous travaillons sur notre propre films et c’est ça qui est très plaisant.

Quelles sont tes influences cinématographiques ?

ARM : Mon rĂ©alisateur prĂ©fĂ©rĂ© est Quentin Tarantino mais paradoxalement mon film prĂ©fĂ©rĂ© n’est pas l’un des siens. Il s’agit de The Dark Knight de Christopher Nolan. C’est simple je ne trouve aucun dĂ©faut Ă  ce film.

Existe t-il pour toi une différence entre acteurs ou des comédiens ? Et avec qui préfères tu travailler ?

ARM : Cela dĂ©pend du projet. Un acteur va puiser dans sa personnalitĂ© et ses Ă©motions lĂ  ou le comĂ©dien part de zĂ©ro et invente un personnage. Je vais prendre en exemple Jonathan Cohen. Avec Florian nous sommes plus dans le film d’auteur, on crĂ©Ă© l’histoire dont dĂ©coule scĂ©nario, construire les diffĂ©rents protagonistes. Du coup nous avons plus l’habitude de travailler avec des acteurs car tous nos projets ont une base solide. C’est dans notre manière de les diriger que nous puisons dans leurs vĂ©cus pour atteindre le jeu et les Ă©motions dont nous avons besoin.

Pour ĂŞtre franc avec toi Ă  mes dĂ©buts j’ai hĂ©sitĂ© entre comĂ©dien et rĂ©alisateur. Je me suis vite aperçu que rĂ©alisateur serait le meilleur choix. Mais Ă  cette Ă©poque de ma vie de « comĂ©dien » j’aimais beaucoup crĂ©er des personnages, les crĂ©er entièrement.

Réalisateur, producteur cela sous entend que si tu réalises tu produits et inversement ?

ARM : Bonne question ! Le souci Ă  vouloir tout faire c’est que tu es moins concentrĂ©. J’adore le fait de tout gĂ©rer mais en toute honnĂŞtetĂ© pour les plus grosses productions avec Florian nous nous concentrerons sur la rĂ©alisation et nous laisserons la production.

Vos Ĺ“uvres sont elles visibles par le grand public ?

ARM : Pas encore. Pour le moment nous les faisons vivre uniquement en festival comme ici Ă  La Rochelle. Bien Ă©videmment que nous sommes impatients de les faire dĂ©couvrir mais surtout d’avoir le retour du grand public. Ca arrivera mais chaque chose en son temps.

Parlons du Festival de la Fiction de La Rochelle, c’est un rendez-vous que tu apprĂ©cies ?

ARM : La Rochelle a quelque chose de très sentimental pour moi car c’est le premier festival que nous avons fait. Cette annĂ©e nous (mĂŞme si Florian n’est pas prĂ©sent physiquement) sommes lĂ  pour vendre un pitch de sĂ©rie qui parle d’une jeune avocate franco-amĂ©ricaine qui part aux États-Unis pour retrouver son premier amour mais aussi et surtout pour fuir une pression paternelle.

Dernière question, que peut-on te souhaiter pour la suite ?

ARM : Pour la suite ? De continuer, avec Florian, de rĂ©aliser, de produire, de raconter nos histoires et de ne jamais oublier que le plan B c’est le plan A !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :