The lovely Mess

Troisième article Ă  l’occasion du Festival de la Fiction de La Rochelle. J’ai eu le plaisir d’assister Ă  la confĂ©rence de presse de Patrick Holzman, Patrick Timsit et Pascal ElbĂ© venus prĂ©senter leur nouveau terrain de jeu : Lovely Mess.

Avant toute chose c’est quoi Lovely Mess ?

Patrick Holzman : Lovely Mess c’est un tout nouveau label complètement dĂ©diĂ© Ă  la tĂ©lĂ©vision et qui se consacrera uniquement aux comĂ©dies romantiques. Nous avons pour objectif de revisiter Ă  travers des histoires, des talents et du vĂ©cu tout ce qui aujourd’hui questionne notre sociĂ©tĂ©. La première collection sera composĂ©e de 8 histoires autour d’un thème principal : la seconde chance. Concernant le format, il sera compris entre 42 et 60 minutes.

Nous nous sommes intĂ©ressĂ©s Ă  la comĂ©die romantique parce que nous pensons que nous avons tous besoin d’amour et de parler d’amour. Nous souhaitions redonner un second souffle Ă  la comĂ©die romantique. Petite mais efficace bon marchĂ© mais mĂ©morable. LĂ  oĂą les super productions ne vont pas ou plus.

Pascal ElbĂ© : L’important c’est d’avoir de bonnes idĂ©es de dĂ©part. Un ton. Ce format mĂ©diant de 50 minutes nous permet d’aller au bout d’une idĂ©e sans l’Ă©puiser. Nous avions aussi envie d’ĂŞtre Ă  contre-courant et d’essayer de redonner une vraie place Ă  l’imaginaire et d’inventer la vie.

Patrick Timsit : C’Ă©tait aussi et surtout un prĂ©texte pour continuer Ă  s’amuser ensemble avec mes deux compères. On se raconte des bĂŞtises et Ă  la fin on se dit tient si on les tournait ! (rires)

On ne choisit jamais un nom par hasard, Lovely Mess c’est un bazar sympathique ça rĂ©sume l’ambiance ?

Patrick Holzman : Avec les deux c’est toujours un bazar mais dans la notion de bazar ce qu’on a voulu dire c’est qu’on a fait pĂ©ter tous les codes, de genre, d’orientation sexuelle, de diversitĂ©. On veut raconter des histoires drĂ´les, des histoires d’amour. Comme l’a dit Patrick (Timsit) y a un personnage d’au moins cinquante ans qui va subir un Ă©lĂ©ment dĂ©clencheur mais sinon c’est intergĂ©nĂ©rationnel.

Vous parliez de donner un ton provocateur mais peut-on aujourd’hui encore ĂŞtre provocateur avec la sociĂ©tĂ© moraliste dans laquelle nous vivons ?

Pascal ElbĂ© : Je pense que lorsque les choses sont bien amenĂ©es on peut fleurter avec la ligne rouge tout en restant fidèle Ă  ce que nous pensons de notre sociĂ©tĂ© et ce que nous sommes. Et puis nous n’avons jamais construit une comĂ©die romantique en commençant par le bonheur.

Patrick Timsit : Encore une fois ce n’est pas de la provocation c’est un ton ! Ce n’est pas chercher l’originalitĂ© pour provoquer ou dĂ©ranger. Tout dĂ©pend de la façon dont vous abordez un sujet donnĂ©. Il y a une diffĂ©rence entre la comĂ©die romantique et le mièvre la guimauve. Bien entendu que dans les histoires que nous allons raconter il y aura de la cruautĂ© car c’est formidable la cruautĂ© quand on la rend lĂ©gère, acceptable et regardable. Mais la vie est cruelle et pourquoi avons-nous mis Mess dans notre label ? Parce que l’amour c’est un bordel ! (rires)

De gauche à droite, Patrick Timsit, Patrick Holzman et Pascal Elbé.

Faites-vous ou ferez-vous appel à des scénaristes extérieurs ?

Pascal ElbĂ© : Le nerf de la guerre c’est le texte, le scĂ©nario. Si on a un scĂ©nariste de renom mais un mauvais scĂ©nario il ne pourra pas faire de miracle. L’Ă©criture est un combat permanent. C’est très ambitieux de se dire que l’on va rĂ©unir tout un foyer pendant 50 minutes. C’est une ambition folle et nous en sommes pleinement conscients.

Anonyme ou de renom il n’y aura pas de lĂ©gitimitĂ© première. Le plus important c’est que les idĂ©es, les projets qui nous seront amenĂ©s nous parlent.

Patrick Holzman : Nous sommes en train de crĂ©er une « records room » une petite Ă©quipe de talent d’Ă©criture qui pourront accompagner les pitch qui sont suffisamment forts mais qui nĂ©cessitent qu’on les travaille et les accompagne. Le thème principal est la seconde chance, nĂ©anmoins nous ne souhaitons pas faire appel qu’Ă  des personnes de plus de 50 ans. Ce que l’on aime c’est la confrontation d’idĂ©es. Avec des femmes et des personnes plus jeunes.

Patrick Timsit : Nous souhaitons avoir des associations logiques et pertinentes. Pas prendre des noms pour prendre des noms. Encore une fois l’objectif premier s’est de se marrer sĂ©rieusement.

Quand allons-nous pouvoir découvrir les premières histoires de Lovely Mess ?

Patrick Holzman : Notre objectif est de développer et produire des choses chaque année. Cette première édition avec Patrick (Timsit) et Pascal (Elbé) en directeur de collection. Dans 15 mois une seconde collection sera présentée avec deux nouvelles directrices dans laquelle vous pourrez voir 8 films complètement différents. Nous souhaitons produire rapidement et proposer au marché une dizaine de comédies romantiques tous les 15 mois.

Au moment oĂą je rĂ©dige ces lignes aucun visuel n’est encore disponible mais je suis persuadĂ© que le trio nous livrera des histoires, des situations et des personnages drĂ´les et attachants.

Je tiens une nouvelle fois à remercier Patrick Holzman, Patrick Timsit et Pascal Elbé pour leur sympathie, leur humour et leur disponibilité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :